Accueil > PLAN SEXE >

Echangisme et candaulisme : deux différentes histoires de couple

Vous avez entendu parler du candaulisme qui vous a fait penser à l’échangisme ? C’est pratiquement normal, à cause de leurs ressemblances. Ce sont tout de même deux différentes pratiques sexuelles qui peuvent se retrouver dans les vies de couples. Au-delà des aspects pratiques, ils ont des implications qui s’opposent et affectent aussi différemment les personnes. Découvrez ce qu’il faut savoir pour ne plus confondre ces deux pratiques érotiques.

Qu’est-ce que l’échangisme ?

Dans un couple, le désir de tenir des rapports sexuels avec une personne autre que son partenaire est un fantasme qu’il est possible de rencontrer. Il peut être partagé par les deux conjoints comme dépendre des envies d’une seule personne. Dans ce sens, l’un peut décider de tromper l’autre ou les deux peuvent décider de se tromper ensemble. Lorsque c’est la seconde option et qu’elle se fait entre deux couples, on parle d’échangisme. De façon simple, il s’agit pour deux couples de procéder à des échanges de partenaires pour satisfaire momentanément leurs envies de sexe. La pratique a des variables telles que le mélangisme.

Une hotwife peut à ce titre être une échangiste, du moment qu’elle obtient l’approbation de son mari. Par contre, un cuckold n’est pas nécessairement un échangiste. Dans l’acte sexuel qui relie les couples candaulistes, celui-ci n’agit qu’en spectateur, tout au plus soumis à leur domination s’ils se livrent à du BDSM. Dans le cas contraire, il reste extérieur à leur baise. Le couple échangiste par contre, promeut une implication sexuelle commune. De leurs échanges, les partenaires tirent leurs propres plaisirs. Ils s’offrent mutuellement leurs femmes.

Qu’est-ce que le candaulisme ?

Le candaulisme revient à un plan de baise à trois où l’on trouve généralement un voyeur, et deux amants dont l’un est le partenaire du voyeur. Contrairement à l’échangisme, il n’y a pas d’échange de partenaires. Aussi, la troisième personne a tendance à être plus passives qu’active dans le candaulisme. Cela vient du fait que ce qui l’intéresse elle, c’est de mater la scène. Cet aspect du plaisir qu’elle tire à jouer au voyeur est indissociable du candaulisme. Un mari cocu qui ne supporte pas que son épouse le trompe n’est donc pas un candauliste. C’est plutôt une victime d’infidélité.

Si non, le candaulisme reste une pratique consensuelle où chacun a son mot à dire et où tromper son mari est tout ce qu’il y a de plus normal. Ce qu’il faut retenir pour finir, c’est que le plaisir est diversement appréhendé par les couples, selon qu’ils soient échangistes ou candaulistes. Aussi, pendant que l’un est un échange, l’autre est un peu plus une sorte de prêt exhibitionniste. Alors, autant d’éviter de faire le mélange à l’avenir.


ARTICLES SIMILAIRES